Kerizinen site officiel de Notre-Dame du Trés Saint-Rosaire

 
La Source de Kerizinen

Historique de la source de kerizinen:  chapitre  2

DES TÉMOINS PARLENT DE LA SOURCE

 

« Depuis le Jaillissement de la source, plusieurs sourciers en ont déterminé l'emplacement exact.

Je me trouvais à Kerizinen lors du passage de l’un d'entre eux. Il n'y avait alors que le petit Oratoire. Muni de sa baguette, il s'avança à l'intérieur. Arrivé au pied de la statue de la Sainte Vierge, la baguette dont il tenait solidement un bout entre chaque main se releva brusquement indiquant la présence de l'eau. Il en fut de même devant la statue du Sacré Cœur qui se trouvait alors placée à gauche.

J’ajouterai qu'il m'est arrivé à plusieurs reprises avant l'aménagement de la source, soit donc entre les années 60 et 70 d'aider mon père à la nettoyer. Elle étçiit alors à ciel ouvert et peu profonde. Nous y descendions munis de bottes et j'écopais avec un seau dont je rejetais l'eau sur la prairie puis mon père l'approfondissait avec une barre à mine afin d'obtenir un plus grand réceptacle. Jeanne-Louise, ma mère et des pèlerins de passage évacuaient les morceaux de roche. Malgré le peu de profondeur, le débit était très abondant. Dès qu'on s'arrêtait d'écoper, les bottes étaient recouvertes. Mais quelle joie, en arrivant au fond, de voir quelques trop brefs instants l'eau sourdre en plusieurs endroits de la roche, et d'y remplir à même un gobelet ! A cette époque, on puisait à même dans la source et nous avons toujours bu cette eau offerte par la Sainte Vierge avec confiance sans nous poser de questions, et elle a coulé dans les biberons de nos enfants ». Mme J.H.

« En 1949, les Journaux parlaient beaucoup des apparitions de Kerizinen. Par curiosité, j'y suis donc allée, en famille, un dimanche d'octobre. J'en revins comme j'étais venue, assez indifférente.

Les années passèrent, je n'étais pas attirée pour y retourner, mais il arrivait que des clients m'en parlent. Un matin de Juillet 1953 une cliente me dit : « il y a de Veau à Kerizinen ». Je me suis dit que s'il y avait de l'eau, il y avait sûrement du vrai car lors de mon passage en 1949, il n'y en avait pas. D'ailleurs, les journaux n'en n'avaient jamais parlé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'y suis donc retournée un dimanche et je fis la connaissance de Mme Le Bras qui me raconta la prophétie dont sa fille avait été l’objet (1), puis celle de Jeanne-Louise et petit à petit Je me mis à venir régulièrement à Kerizinen.

Cette eau qui m'avait attirée allait me fournir une démonstration éclatante de la véracité des messages de Kerizinen. En effet le 15 juillet 1955, 3e anniversaire du jaillissement de la source un de mes petits voisins âgé de 15 ans et qui était mourant à l'hôpital fut guéri miraculeusement après avoir bu de l'eau (2). Quelques années plus tard, ce fut le ::ur d'une petite voisine de 6 ans (3) atteinte d’une maladie cardiaque ires grave et qui fut guérie instantanément à Kerizinen, après avoir bu de eau.

En décembre 1957, j'ai eu l'occasion de rencontrer chez ma mère le curé de S..., ancien curé de L..., et de lui parler de Kerizinen. Il n y croyait pas. Je

lui parlai de la source. « Ah ! me dit-il, quand j'étais à L mon bedeau allait

très souvent à Kerizinen et me disait, un jour il y aura de l' eau ut Sainte Vierge l'a promis. Mon bedeau est mort et il n'a jamais vu d eau. Z était un homme qui ne savait pas mentir. » J.M.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Interrogeons maintenant M. J.L.H. qui a actuellement la respon­sabilité de l'entretien de la source.

 

- D'abord, comment en êtes-vous arrivé à vous occuper de la source ?

J.L.H. Cela s'est passé en deux temps : Je connais Kerizinen depuis près de 20 ans. Et un jour que nous étions en réunion de famille s: parlions de la source de Kerizinen, quelqu'un a dit : « C'est l’eau du réseau. J’ai dit : impossible ! Ou alors, c’est une véritable escroquerie, ce serait une malhonnêteté sans précédent. J’ai dit sur le champ : « J'irai; à Kerizinen, je contrôlerai, et je vous informerai ensuite. » C’est ce que j'ai :

Dans un 2e temps, il y avait un enfant très proche de nous gravement malade, pratiquement au dernier stade. J'avoue, j'ai fait un vœu écrit (cet écrit est d'ailleurs toujours chez un ami), j'ai dit à la Ste Vierge que si l'enfant guérissait, je me mettrai à Sa disposition dans l'Association « Les Amis de Kerizinen » si elle avait besoin de mes services. Le vœu s‘est réalisé exactement comme je l'ai demandé ; l'enfant a guéri, et me voilà contraint à le réaliser ! Heureusement, pour mon plus grand plaisir !.. Il y a un enjeu spirituel énorme et matériellement, il y a beaucoup à faire, et de plus en plus.

- Vous vous êtes donc mis à la disposition de l'Association, qui vous a confié l'entretien de la source.

Oui. Mon expérience professionnelle m'y avait préparé. Cela fait maintenant 2 ans que j'ai cette responsabilité d'entretenir la source. Je me souviens du jour où j'ai pris cette responsabilité, j'en avais la chair de poule, vu l'importance de cette source donnée par la Ste Vierge et si importante pour les pèlerins. Je me suis lancé et je n'ai pas été déçu.

 Quel est votre rôle ?

 

 

 

D'abord que le site reste propre, que l'eau soit potable, et pour cela, contrôler régulièrement et d'une manière systématique. Prévoir aussi l'avenir.

Lors de mes passages réguliers pour l'entretien de la source, je vois couramment des pèlerins souvent émus et stupéfaits des grâces autant physiques que spirituelles obtenues par cette eau. Beaucoup m'ont posé aussi cette question « Comment se fait-il que l'on soit obligé d'entretenir cette source puisqu'elle est 'miraculeuse' ? » Je leur réponds : la source est ouverte à tous, il est vrai que cette source nous est confiée par la Ste Vierge, mais Elle nous donne la responsabilité forcément de son entretien. Dans le même ordre d'idée, bien que d’un niveau différent, on pourrait peut-être comparer

eci à une église : l'église est un lieu consacré et toutes les semaines, une équipe de bénévoles entretient ce lieu. Il en va de même pour la source, et même avec plus d'assistance, car l'eau doit demeurer potable, et l'eau vit, la moindre erreur pourrait créer une pollution. La Ste Vierge a donné la source, mais pas la « maintenance sur site » (comme un service après vente). C'est à nous tous de respecter et d'entretenir ce don de la source pour le bien de tous.

 Vous parlez « entretien » : l'eau est-elle potable ?

* Les analyses sont faites en laboratoire. J'en profite pour faire ces analyses quand il y aie plus de risques de pollution (semaines de très grosses pluies). Depuis 2 ans que je suis responsable, ce qui est bactéries et matières organiques, c'est parfait. Il n'y a rien à signaler. Quant au nitrate, on le surveille plus souvent. Le taux est moins élevé que celui des eaux environnantes, mais dépasse légèrement la norme, qui est à 50 mg par litre. par sécurité, nous descendons ce taux en dessous de la barre des 50, environ à 10 mg/l grâce au procédé des résines alimentaires, mis en œuvre et suivi par une entreprise agréée.

 

 

 

 

La source a coulé pour la première fois il y a 48 ans, et la rumeur que vous connaissez : « c'est l'eau du réseau », circule toujours. Qu'en pensez-vous ?

* Je suis stupéfait ! 48 ans après, je trouve tout à fait anormal que cette rumeur circule encore dans l'environnement proche de Kerizinen. C'est une rumeur insensée, et je vais vous le prouver :

La source débite, été comme hiver, beaucoup plus que 100 fois les besoins. Le débit de la source est de au moins 200 000 litres par jour, ce qui donnerait de quoi alimenter une commune de 2000 habitants, en estimant qu'une personne consomme en moyenne 100 litres d'eau par jour. Ou encore, si 200000 pèlerins arrivaient tous les jours à Kerizinen, chacun pourrait repartir avec sa bouteille d'eau. La Ste Vierge a prévu large. Dans ce cas, pourquoi irions-nous prendre l’eau du réseau, qu’il nous faudrait payer, d autant plus que, pour les inities, une simple analyse de PH suffirait pour découvrir la supercherie. Je dis souvent à la Ste Vierge : « Pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils disent. »

Ce qui m'intéresse, ce n'est pas la polémique, c'est la transparence. Pour une source, c est ce qu'il faut de toutes façons ! L'eau doit être transparente et limpide. Et de même, on doit savoir que c'est réellement une eau de source. J'aimerais que tous puissent voir ce débit fabuleux des 4 veines jaillissant au fond de la cavité de la source, et de cela je suis émerveillé à chaque fois que nous intervenons pour le nettoyage. Nous pensons d'ailleurs filmer ce jaillissement pour que tout ceci soit incontestable.  VOIR LE DOCUMENT VIDEO  ( prochainement ici )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source vers 1973

 

 

Plan de surface du site de l'oratoire

SUITE ENTRETIEN JLH- Certains disent aussi que la source a toujours existé. Qu'en dites- vous ?

 

* J'ai lu attentivement le document écrit par Jeanne-Louise à ce sujet. Pour moi, il n'y a aucun doute, cette source n'existait pas auparavant, c'est pour cela d'ailleurs que la majorité des gens disent que c'est l'eau du réseau. Je viens de répondre à cette question mais s'il y avait encore une personne qui n’était pas convaincue, en toute sympathie, je me mettrais à sa disposition pour faire porte ouverte (source ouverte !).

 

J’aimerais insister sur 4 points :

 

1) Jeanne-Louise utilise dans son témoignage l’expression « Toul an disclao » (1). En tant que fils d'agriculteur (60 ans aujourd'hui), c'est un terme qui me parle directement. A l'époque, les agriculteurs, armés de tranches, râteaux et scies refaisaient les ruisseaux pour irriguer les prairies (en automne et hiver). L'herbe irriguée poussait plus vite, elle était ensuite fauchée, mélangée à l'ajonc, pour être ensuite hachée. Ce qui donnait un excellent aliment aux chevaux. Lors de ces travaux, la pluie était parfois au rendez-vous. Il n'était pas question de rentrer à la maison. Les travailleurs : parents, enfants et parfois voisins, se retrouvaient dans un endroit protégé de la pluie (disclao), appuyés ou assis. C'était en fait un bon moment où on parlait de tout ce qui nous venait à l'esprit. Et c'est juste là que la Sainte Vierge nous donne la source.

 

2)  A l'époque, une source avait une très grande valeur pour les agriculteurs ; alimentation humaine et animale, lavoir, plus irrigation le cas échéant. Quand les parents de Jeanne-Louise ont creusé ce trou pour récupérer la pierre pour faire une petite porcherie et un four à pain, s'ils avaient vu de Veau, ils auraient creusé jusqu'à confirmation de source ou pas. Pour moi, c'est évident.

3)  Des sourciers ont cherché l'eau pendant 3 ans. La Sainte Vierge avait dit « priez, priez beaucoup et vous aurez de l’eau ». Et voilà que la source sort du Toul an disclao et que son point de départ se situe dans le petit oratoire, pratiquement sous les pieds de la Sainte Vierge,'à l'endroit même des apparitions. Et cela, je crois que beaucoup de gens ne le savent pas.

 

 

 

 

 

En 1973, il fallut aménager la Source, tant à cause de l'afflux toujours plus nombreux des pèlerins que pour des raisons de pollutions possibles.

 

 

Ce fut un gros travail : Il a fallu d'abord creuser le granit, afin de faire une réserve d'eau, car tout s'écoulait au fur et à mesure en contrebas. Ce fut fait à la dynamite, mais il n'a été possible que de gagner deux mètres en profondeur, tant la roche était dure. Et, pour ce faire, il fallut pomper l'eau, sans arrêter une seconde, par une machine dotée de tuyaux à gros calibres, qui pompait puis déversait l'eau en contrebas. Cela dura douze heures, et, à la fin, tout était blanc d'eau aux alentours, tant la Source est abondante.

Ouï, malgré les sollicitations dont elle est toujours l'objet,

quelques centaines de milliers de personnes par an, actuellement, souvent munies de bouteilles ou jerricans, et malgré certaines années de sécheresse, cette Source n'a jamais tari.

 

 

  • 1 Lieu des apparitions en-dessous duquel se trouverait l'endroit exact où sourd la source à une profondeur d'environ 10 mètres ( décelé à la baguette de coudrier le 23 octobre 1974 )

 

  • 2 Point de résurgence de la source le 13 juillet 1952 et actuellement

 

  • 3 Lieu où circule la grande rivière. Ce schéma montre l'impossibilité qu'a la rivière d'alimenter la source, puisqu'elle coule en contrebas. Au contraire, c'est le trop plein de la source qui se jette dans la rivière.

La source de kerizinen : suite page 3

vous lisez Historique de la source  chapitre 2

L'association assure la gestion du lieu de pèlerinage, l’animation spirituelle revenant à la communauté de prières résidant sur place.

 

          Les Amis de Kerizinen lieu dit  Kerizinen 29430 Plounevez-Lochrist

©  Association les Amis de Kerizinen  2016

Les personnes qui désirent participer à l'œuvre peuvent s'adresser à : l'Association « Les Amis de Kerizinen » Kerizinen 29430 PLOUNÉVEZ-LOCHRIST - Tél./Fax 02 98 61 69 71 et 72

 

Pour les intentions de prière, vous pouvez écrire à :

Maison de Marie. Kerizinen - 29430 PLOUNEVEZ-LOCHRIST